Le jeudi 7 septembre 2017, la classe de seconde professionnelle Nature, Jardin, Paysage et Forêt, s’est rendue à Arçon chez un maraîcher, installé depuis deux ans en agriculture biologique.

Ce dernier pratique la permaculture qui permet de moins travailler la terre en la recouvrant d’un paillage tout en maintenant l’humidité et en favorisant le travail des verres de terre.

 

Pour cette production de légumes, deux personnes cultivent ce jardin biologique, l’un à temps plein et l’autre à mi-temps. Ils n’utilisent comme matériel qu’une herse rotative et une grelinette.

JARDINSERRE

Ce terrain a une superficie de 0,4 ha qui se décompose en 12 jardins de 6 planches.

COMPOST

Une serre « maison » sur roulettes, équipée d’un arrosage gouttes à gouttes, permet de réchauffer la terre au printemps et de protéger les tomates l’été en favorisant la rotation des cultures.

 

Pour fertiliser la terre, il utilise le composte obtenu avec tous les déchets du potager (herbes, les feuillages et les légumes non vendables).


Les légumes ainsi obtenus avec ces pratiques naturelles, sont vendus directement aux consommateurs dans le magasin installé sur l’exploitation et à une coopérative.

CONSOMMATEURS

Merci de nous avoir fait découvrir ces pratiques culturales qui protègent nôtre environnement.

 

 

Texte et photos de la classe de seconde Pro NJPF

Le jeudi 7 septembre 2017, la classe de seconde professionnelle Nature, Jardin, Paysage et Forêt, s’est rendue à Arçon chez un maraîcher, installé depuis deux ans en agriculture biologique.

Ce dernier pratique la permaculture qui permet de moins travailler la terre en la recouvrant d’un paillage tout en maintenant l’humidité et en favorisant le travail des verres de terre.

 

Pour cette production de légumes, deux personnes cultivent ce jardin biologique, l’un à temps plein et l’autre à mi-temps. Ils n’utilisent comme matériel qu’une herse rotative et une grelinette.

JARDINSERRE

Ce terrain a une superficie de 0,4 ha qui se décompose en 12 jardins de 6 planches.

COMPOST

Une serre « maison » sur roulettes, équipée d’un arrosage gouttes à gouttes, permet de réchauffer la terre au printemps et de protéger les tomates l’été en favorisant la rotation des cultures.

 

Pour fertiliser la terre, il utilise le composte obtenu avec tous les déchets du potager (herbes, les feuillages et les légumes non vendables).


Les légumes ainsi obtenus avec ces pratiques naturelles, sont vendus directement aux consommateurs dans le magasin installé sur l’exploitation et à une coopérative.

CONSOMMATEURS

Merci de nous avoir fait découvrir ces pratiques culturales qui protègent nôtre environnement.

 

 

Texte et photos de la classe de seconde Pro NJPF