Le musée a été créé en 1988 par Paul-Emile Victor, pionnier des mondes polaires et explorateur. Ethnologue, il a vécu parmi les Inuits en 1934. Le musée donne la parole aux explorateurs, aux scientifiques, aux artistes ou encore aux politiques dans l’espace des mondes polaires, sur les problématiques liées aux régions arctique et antarctique.

 

Seul habitant terrestre de l’Antarctique, le manchot ne vole pas, contrairement au pingouin. Cet emblème du pôle sud ne se nourrit que de poissons, de crustacés et céphalopodes. Ses prédateurs sont le léopard des mers, l’orque, et le labbe.

     Avec 178 000 ha, 122 communes et 82 000 habitants, le PNR du Haut-Jura s’étend de Pontarlier à Bellegarde (Ain) et de la frontière Suisse à Champagnole. Fondé en 1986, sa surface est essentiellement forestière, il regroupe une faune et une flore variées : le lynx, le grand tétras, le renard, le crapaud accoucheur, et bien d’autres. 4 AOP fromagères s’y retrouvent : Morbier, Comté, Bleu de Gex et Mont d’Or.

     Fondée en 869 par le moine bénédictin Bernon, l’abbaye de Baume-les-Messieurs (baume : grotte / Messieurs : moines nobles), a compté jusqu’à 40 moines réguliers, qui selon leurs règles, réalisent des travaux manuels, étudient les textes religieux et prient, à raison de 8 temps de prière et de 3 messes par jour.

Retable flamand réalisé dans la ville de Gand (Belgique) offert à l’abbaye en 1525. C’est la pièce la plus importante de l’église, située derrière l’autel.

                                        
                                                                                                                           

La grotte : on y accède par une passerelle suspendue ; elle est constituée de 4 salles, qui sont des failles, longues et hautes mais étroites. La plus haute atteint les 72 m ; on l’appelle la salle des fêtes car les Baumois y organisent des concerts de cor de chasse, pour profiter de l’acoustique inhabituelle.

L’effondrement du porche de la grotte agrandira un peu plus la reculée… rendez-vous dans quelques millénaires.

         Olivier est chiroptèrologue ! il étudie les chauves-souris et veille à leur tranquillité et à leur développement. La Franche-Comté abrite 28 espèces de ces mammifères sur les 34 françaises. Pourquoi ces petites bestioles peuvent-elles nous être sympathiques ? Même si ce sont des poids plumes (2 à 5 grammes) elles consomment des insectes. Et pas qu’un peu : elles ingèrent jusqu’à 1/3 de leur poids chaque nuit : 1000 insectes. Ce sont les seuls prédateurs actuels de la pyrale du buis. Elles sont menacées par les chats, les pesticides, les automobiles et les éoliennes situées sur leur trajets migratoires.