Dès la fin des années 1990, le lycée Granvelle s'est inscrit dans une démarche de développement durable en participant à une première opération mise en place par le Conseil Régional, l'opération AMELY ( Action Management Environnement dans les lycées) pour 11 lycées pilotes.

 

logo-comite21 En 2006, cette opération s'est poursuivie par la mise en place par le Conseil Régional d'agendas 21 dans les lycées et là aussi, le lycée Granvelle a été retenu.

Après un diagnostic sur les thématiques suivantes : environnement et cadre de vie, transport, sécurité, restauration, communication, solidarité, pédagogie de développement durable, un plan d'actions a été mis en place avec fixation de priorité.

Les premières années, les priorités se sont portées sur :
- le tri des déchets : le tri sélectif des papiers, cartons, piles, cartouches d'imprimantes et de photocopieuses est en place et fonctionne bien.
- les économies d'eau, d'électricité et de gaz : un travail de sensibilisation et de pédagogie a été réalisé auprès des élèves (élections d'éco-délégués) pour limiter les consommations des différents fluides. Ce travail est à renouveler en permanence et demande un investissement important des personnels.
Vous pourrez retrouver les actions mises en place sur le thème de la solidarité interne (accompagnement, soutien, vie sociale...) et externe (échanges internationaux, éducation au développement solidaire...) dans les autres items du site.

Nous avons ces dernières années ciblé nos priorités en matière d'environnement sur trois thèmes :
- la récupération des déchets organiques de la restauration et leur compostage,
- la gestion différenciée des espaces verts,
- l'approvisionnement de la restauration en partie en circuit court.



1. La récupération des déchets organiques de la restauration et leur compostage 


La restauration du lycée Granvelle sert près de 1000 repas par jour sur toute la période scolaire. Les déchets organiques (préparation des légumes en cuisine, reste de fruits, reste du plateau...) représentent plus de 10 tonnes sur une année scolaire qui jusqu'à la rentrée 2010, étaient mis dans les bennes à ordures pour être incinérés. Ceci représentait un coût important pour l'établissement et un impact écologique non négligeable.

composteur 
 A l'initiative du chef cuisinier et avec l'appui de son équipe et de quelques enseignants, il a été décidé de mettre en place pour la rentrée 2010, un tri des déchets en cuisine mais aussi sur la chaîne de desserte des plateaux repas.

Des outils et des actions de communication ont été mis en place pour informer et sensibiliser les élèves et les membres du personnel.
L'objectif était ensuite de composter ces déchets organiques pour réduire la quantité et obtenir un amendement organique, le compost pouvantt être utilisé sur les pelouses et pour le fleurissement dans les jardins pour fertiliser et améliorer le sol.

Nous avons utilisé pour l'année 2010/2011 des composteurs cubiques en bois de 1 m3 . Mais ceux-ci se sont révélées peu adaptés au compostage de telles quantités. Il est très difficile de remuer le contenu, opération indispensable pour une bonne oxygénation. Le positionnement au sol de ces composteurs attirent les rats et autres rongeurs malgré l'absence de reste de viande, poisson et fromage dans les produits à composter.
Pour l'année 2011/2012, nous avons investi dans des composteurs différents permettant un retournement simplifié, l'absence de contact avec le sol. Même si ce système est plus performant, il reste perfectible : difficulté pour remplir les composteurs en hauteur, difficulté pour assurer le retournement régulier des 6 composteurs présents, vitesse de compostage très ralentie en hiver.

La pérennisation de cette action devra passer par un investissement important dans un composteur mécanisé de grande capacité.

La nécessité du travail dans la durée pour cette action nécessite obligatoirement un volontarisme important de l'équipe de restauration compte tenu du travail nécessaire mais aussi une implication de l'ensemble de la communauté pour informer, sensibiliser et encadrer les élèves.

Pour nous aider dans ce travail, 3 élèves ingénieurs d'Agro-Sup Dijon ont réalisé une étude sur le compostage des déchets que vous trouverez ci-joint.




2.Gestion différenciée des espaces verts

Le lycée Granvelle est implanté sur un parc de 9 ha dont 6 ha d'espaces verts et de pelouses. Nous avons réfléchi à la gestion de ces pelouses et à la nécessité de pratiquer une tonte régulière ce qui représente un travail important et une certaine monotonie dans le paysage.

Nous avons alors décidé de traiter différemment différentes zones en fonction de leurs usages et d'adapter la tonte à ces usages, ce qu'on appelle la gestion différenciée des espaces verts. Nous avons alors déterminé 4 zones :

jachere-fleurie - une zone de prestige et d'accueil : l'entrée du site, les lieux de déplacement. Cette zone attire toute notre attention par son fleurissement, son nettoyage régulier et plusieurs tontes de pelouses,
- une zone d'activité élèves et de déplacement avec des gazons tondus en fonction des activités, les terrains de sport et les cheminements,
- une zone semi intensive où nous réaliserons deux ou trois tontes par an avec des plantations et des gazons rustiques.
- une zone naturelle et de protection de la faune essentiellement entomologique (insectes), arborée qui peut héberger jusqu'à 100 espèces végétales. Nous avons vu fleurir plusieurs orchidées l'an passé.
Cette gestion présente de nombreux avantages :
- moins de passage de tondeuse et donc moins de carburant et de travail,
- maintien de la biodiversité animale et végétale des zones herbacées,
- nouveaux paysages avec des espèces et des hauteurs différentes.

Il est nécessaire pour cela de récolter et d'exporter la matière organique pour favoriser l'installation d'espèces variées et limiter la fertilisation et donc la pousse d'herbe.

Ce travail est en cohérence avec la commune de Dannemarie qui a mis en place ses pratiques avec la collaboration du CAUE et le CFPPA de Chateaufarine qui a ouvert une formation "gestion durable du patrimoine paysager végétal en milieu urbain".



3. L'approvisionnement de la restauration dans le cadre des circuits courts et aux produits liés

La restauration du lycée Granvelle utilise depuis de nombreuses années le lait de l'exploitation pour le chocolat du petit déjeuner, la confection de desserts et la cuisine, ceci représente plus de
15 000 litres utilisés annuellement.
L'exploitation travaille depuis 3 ans sur la valorisation de viande bovine en circuits courts avec vente de caissettes de 5 ou 10 kg à des particuliers sur le magasin de vente du site de Chateaufarine. Nous profitons de cette action pour alimenter les restaurations de Dannemarie et de Chateaufarine en viande bovine de l'exploitation 4 à 5 fois dans l'année.

De plus, l'établissement est partenaire du projet REALISAB qui associe des organismes professionnels (chambres d'agricultures, coopératives...) et des établissements agricoles. La finalité de ce projet est d'orienter les agriculteurs et les structures qui les accompagnent vers la restauration collective pour développer un débouché fiable et pérenne qui répondra aux attentes locales.
 semainegout



Dès la fin des années 1990, le lycée Granvelle s'est inscrit dans une démarche de développement durable en participant à une première opération mise en place par le Conseil Régional, l'opération AMELY ( Action Management Environnement dans les lycées) pour 11 lycées pilotes.

 

logo-comite21 En 2006, cette opération s'est poursuivie par la mise en place par le Conseil Régional d'agendas 21 dans les lycées et là aussi, le lycée Granvelle a été retenu.

Après un diagnostic sur les thématiques suivantes : environnement et cadre de vie, transport, sécurité, restauration, communication, solidarité, pédagogie de développement durable, un plan d'actions a été mis en place avec fixation de priorité.

Les premières années, les priorités se sont portées sur :
- le tri des déchets : le tri sélectif des papiers, cartons, piles, cartouches d'imprimantes et de photocopieuses est en place et fonctionne bien.
- les économies d'eau, d'électricité et de gaz : un travail de sensibilisation et de pédagogie a été réalisé auprès des élèves (élections d'éco-délégués) pour limiter les consommations des différents fluides. Ce travail est à renouveler en permanence et demande un investissement important des personnels.
Vous pourrez retrouver les actions mises en place sur le thème de la solidarité interne (accompagnement, soutien, vie sociale...) et externe (échanges internationaux, éducation au développement solidaire...) dans les autres items du site.

Nous avons ces dernières années ciblé nos priorités en matière d'environnement sur trois thèmes :
- la récupération des déchets organiques de la restauration et leur compostage,
- la gestion différenciée des espaces verts,
- l'approvisionnement de la restauration en partie en circuit court.



1. La récupération des déchets organiques de la restauration et leur compostage 


La restauration du lycée Granvelle sert près de 1000 repas par jour sur toute la période scolaire. Les déchets organiques (préparation des légumes en cuisine, reste de fruits, reste du plateau...) représentent plus de 10 tonnes sur une année scolaire qui jusqu'à la rentrée 2010, étaient mis dans les bennes à ordures pour être incinérés. Ceci représentait un coût important pour l'établissement et un impact écologique non négligeable.

composteur 
 A l'initiative du chef cuisinier et avec l'appui de son équipe et de quelques enseignants, il a été décidé de mettre en place pour la rentrée 2010, un tri des déchets en cuisine mais aussi sur la chaîne de desserte des plateaux repas.

Des outils et des actions de communication ont été mis en place pour informer et sensibiliser les élèves et les membres du personnel.
L'objectif était ensuite de composter ces déchets organiques pour réduire la quantité et obtenir un amendement organique, le compost pouvantt être utilisé sur les pelouses et pour le fleurissement dans les jardins pour fertiliser et améliorer le sol.

Nous avons utilisé pour l'année 2010/2011 des composteurs cubiques en bois de 1 m3 . Mais ceux-ci se sont révélées peu adaptés au compostage de telles quantités. Il est très difficile de remuer le contenu, opération indispensable pour une bonne oxygénation. Le positionnement au sol de ces composteurs attirent les rats et autres rongeurs malgré l'absence de reste de viande, poisson et fromage dans les produits à composter.
Pour l'année 2011/2012, nous avons investi dans des composteurs différents permettant un retournement simplifié, l'absence de contact avec le sol. Même si ce système est plus performant, il reste perfectible : difficulté pour remplir les composteurs en hauteur, difficulté pour assurer le retournement régulier des 6 composteurs présents, vitesse de compostage très ralentie en hiver.

La pérennisation de cette action devra passer par un investissement important dans un composteur mécanisé de grande capacité.

La nécessité du travail dans la durée pour cette action nécessite obligatoirement un volontarisme important de l'équipe de restauration compte tenu du travail nécessaire mais aussi une implication de l'ensemble de la communauté pour informer, sensibiliser et encadrer les élèves.

Pour nous aider dans ce travail, 3 élèves ingénieurs d'Agro-Sup Dijon ont réalisé une étude sur le compostage des déchets que vous trouverez ci-joint.




2.Gestion différenciée des espaces verts

Le lycée Granvelle est implanté sur un parc de 9 ha dont 6 ha d'espaces verts et de pelouses. Nous avons réfléchi à la gestion de ces pelouses et à la nécessité de pratiquer une tonte régulière ce qui représente un travail important et une certaine monotonie dans le paysage.

Nous avons alors décidé de traiter différemment différentes zones en fonction de leurs usages et d'adapter la tonte à ces usages, ce qu'on appelle la gestion différenciée des espaces verts. Nous avons alors déterminé 4 zones :

jachere-fleurie - une zone de prestige et d'accueil : l'entrée du site, les lieux de déplacement. Cette zone attire toute notre attention par son fleurissement, son nettoyage régulier et plusieurs tontes de pelouses,
- une zone d'activité élèves et de déplacement avec des gazons tondus en fonction des activités, les terrains de sport et les cheminements,
- une zone semi intensive où nous réaliserons deux ou trois tontes par an avec des plantations et des gazons rustiques.
- une zone naturelle et de protection de la faune essentiellement entomologique (insectes), arborée qui peut héberger jusqu'à 100 espèces végétales. Nous avons vu fleurir plusieurs orchidées l'an passé.
Cette gestion présente de nombreux avantages :
- moins de passage de tondeuse et donc moins de carburant et de travail,
- maintien de la biodiversité animale et végétale des zones herbacées,
- nouveaux paysages avec des espèces et des hauteurs différentes.

Il est nécessaire pour cela de récolter et d'exporter la matière organique pour favoriser l'installation d'espèces variées et limiter la fertilisation et donc la pousse d'herbe.

Ce travail est en cohérence avec la commune de Dannemarie qui a mis en place ses pratiques avec la collaboration du CAUE et le CFPPA de Chateaufarine qui a ouvert une formation "gestion durable du patrimoine paysager végétal en milieu urbain".



3. L'approvisionnement de la restauration dans le cadre des circuits courts et aux produits liés

La restauration du lycée Granvelle utilise depuis de nombreuses années le lait de l'exploitation pour le chocolat du petit déjeuner, la confection de desserts et la cuisine, ceci représente plus de
15 000 litres utilisés annuellement.
L'exploitation travaille depuis 3 ans sur la valorisation de viande bovine en circuits courts avec vente de caissettes de 5 ou 10 kg à des particuliers sur le magasin de vente du site de Chateaufarine. Nous profitons de cette action pour alimenter les restaurations de Dannemarie et de Chateaufarine en viande bovine de l'exploitation 4 à 5 fois dans l'année.

De plus, l'établissement est partenaire du projet REALISAB qui associe des organismes professionnels (chambres d'agricultures, coopératives...) et des établissements agricoles. La finalité de ce projet est d'orienter les agriculteurs et les structures qui les accompagnent vers la restauration collective pour développer un débouché fiable et pérenne qui répondra aux attentes locales.
 semainegout