Dès la fin des années 1990, le lycée Granvelle s'est inscrit dans une démarche de développement durable en participant à une première opération mise en place par le Conseil Régional, l'opération AMELY ( Action Management Environnement dans les lycées) pour 11 lycées pilotes.

 

 

logo-comite21 En 2006, cette opération s'est poursuivie par la mise en place par le Conseil Régional d'agendas 21 dans les lycées et là aussi, le lycée Granvelle a été retenu.

Après un diagnostic sur les thématiques suivantes : environnement et cadre de vie, transport, sécurité, restauration, communication, solidarité, pédagogie de développement durable, un plan d'actions a été mis en place avec fixation de priorité.

Les premières années, les priorités se sont portées sur :
- le tri des déchets : le tri sélectif des papiers, cartons, piles, cartouches d'imprimantes et de photocopieuses est en place et fonctionne bien.
- les économies d'eau, d'électricité et de gaz : un travail de sensibilisation et de pédagogie a été réalisé auprès des élèves (élections d'éco-délégués) pour limiter les consommations des différents fluides. Ce travail est à renouveler en permanence et demande un investissement important des personnels.

Nous avons ces dernières années ciblé nos priorités en matière d'environnement sur 2 thèmes :
- le tri des déchets
- l'approvisionnement de la restauration en partie en circuit court

1. Le tri des déchets et leur valorisation

La restauration du lycée Granvelle sert près de 1200 repas par jour sur toute la période scolaire. Les déchets organiques (préparation des légumes en cuisine, reste de fruits, reste du plateau...) représentent plus de 10 tonnes sur une année scolaire. Ceci représentait un coût important pour l'établissement et un impact écologique non négligeable. De plus, nous avons l’obligation en tant que « gros producteur » de mettre en place un dispositif de tri. Dans un premier temps , à l'initiative du chef cuisinier et avec l'appui de son équipe et de quelques enseignants, il a été décidé de mettre en place à la rentrée 2010, un tri des déchets en cuisine mais aussi sur la chaîne de desserte des plateaux repas.
Des outils et des actions de communication ont été mis en place pour informer et sensibiliser les élèves et les membres du personnel.

Ce dispositif a fonctionné pendant quelques années mais a pris fin à la rentrée 2016 faute de matériel suffisamment dimensionné pour traiter l’ensemble de nos déchets compostables.

composteur

Suite à cet échec, nous avons remis en place un groupe de travail au printemps 2017 et avons réfléchi à un système de tri et de collecte de nos déchets et avons repensé notre façon de trier et de valoriser nos bio-déchets.


Ainsi, depuis septembre 2017, l’ensemble du Lycée « trie », non seulement les déchets alimentaires de la restauration, mais aussi la totalité des déchets recyclables dans l’ensemble des bâtiments (salle de cours, internat, bureaux).
Les déchets de restauration partent à la méthanisation et sont collectés 2 fois par semaine.

 

Les déchets recyclables sont collectés 1 fois par semaine et enfin les déchets non-recyclables (appelés aussi Ordures Ménagères) suivent le circuit traditionnel de collecte.

2. L'approvisionnement de la restauration dans le cadre des circuits courts

La restauration du lycée Granvelle utilise depuis de nombreuses années le lait de l'exploitation pour le chocolat du petit déjeuner, la confection de desserts et la cuisine, ceci représente plus de 20 000 litres utilisés annuellement.


L'exploitation travaille depuis quelques années sur la valorisation de viande bovine et porcine en circuits courts avec vente de caissettes de 5 kg à des particuliers au magasin de vente sur le site de Chateaufarine. Nous profitons de cette action pour alimenter les restaurations de Dannemarie et de Chateaufarine en viande de l'exploitation.

Nous travaillons actuellement sur un projet d’approvisionnement des cantines scolaires sur le bassin de Besançon avec l’aide de nos partenaires comme le Conseil Régional de Bourgogne Franche Comté, et la CAGB.

 

En parallèle de cette démarche, notre restauration scolaire favorise l’approvisionnement des denrées alimentaires issues des circuits courts. Actuellement, 25 % de nos achats alimentaires sont réalisés via les circuits courts.

semainegout

Dès la fin des années 1990, le lycée Granvelle s'est inscrit dans une démarche de développement durable en participant à une première opération mise en place par le Conseil Régional, l'opération AMELY ( Action Management Environnement dans les lycées) pour 11 lycées pilotes.

 

 

logo-comite21 En 2006, cette opération s'est poursuivie par la mise en place par le Conseil Régional d'agendas 21 dans les lycées et là aussi, le lycée Granvelle a été retenu.

Après un diagnostic sur les thématiques suivantes : environnement et cadre de vie, transport, sécurité, restauration, communication, solidarité, pédagogie de développement durable, un plan d'actions a été mis en place avec fixation de priorité.

Les premières années, les priorités se sont portées sur :
- le tri des déchets : le tri sélectif des papiers, cartons, piles, cartouches d'imprimantes et de photocopieuses est en place et fonctionne bien.
- les économies d'eau, d'électricité et de gaz : un travail de sensibilisation et de pédagogie a été réalisé auprès des élèves (élections d'éco-délégués) pour limiter les consommations des différents fluides. Ce travail est à renouveler en permanence et demande un investissement important des personnels.

Nous avons ces dernières années ciblé nos priorités en matière d'environnement sur 2 thèmes :
- le tri des déchets
- l'approvisionnement de la restauration en partie en circuit court

1. Le tri des déchets et leur valorisation

La restauration du lycée Granvelle sert près de 1200 repas par jour sur toute la période scolaire. Les déchets organiques (préparation des légumes en cuisine, reste de fruits, reste du plateau...) représentent plus de 10 tonnes sur une année scolaire. Ceci représentait un coût important pour l'établissement et un impact écologique non négligeable. De plus, nous avons l’obligation en tant que « gros producteur » de mettre en place un dispositif de tri. Dans un premier temps , à l'initiative du chef cuisinier et avec l'appui de son équipe et de quelques enseignants, il a été décidé de mettre en place à la rentrée 2010, un tri des déchets en cuisine mais aussi sur la chaîne de desserte des plateaux repas.
Des outils et des actions de communication ont été mis en place pour informer et sensibiliser les élèves et les membres du personnel.

Ce dispositif a fonctionné pendant quelques années mais a pris fin à la rentrée 2016 faute de matériel suffisamment dimensionné pour traiter l’ensemble de nos déchets compostables.

composteur

Suite à cet échec, nous avons remis en place un groupe de travail au printemps 2017 et avons réfléchi à un système de tri et de collecte de nos déchets et avons repensé notre façon de trier et de valoriser nos bio-déchets.


Ainsi, depuis septembre 2017, l’ensemble du Lycée « trie », non seulement les déchets alimentaires de la restauration, mais aussi la totalité des déchets recyclables dans l’ensemble des bâtiments (salle de cours, internat, bureaux).
Les déchets de restauration partent à la méthanisation et sont collectés 2 fois par semaine.

 

Les déchets recyclables sont collectés 1 fois par semaine et enfin les déchets non-recyclables (appelés aussi Ordures Ménagères) suivent le circuit traditionnel de collecte.

2. L'approvisionnement de la restauration dans le cadre des circuits courts

La restauration du lycée Granvelle utilise depuis de nombreuses années le lait de l'exploitation pour le chocolat du petit déjeuner, la confection de desserts et la cuisine, ceci représente plus de 20 000 litres utilisés annuellement.


L'exploitation travaille depuis quelques années sur la valorisation de viande bovine et porcine en circuits courts avec vente de caissettes de 5 kg à des particuliers au magasin de vente sur le site de Chateaufarine. Nous profitons de cette action pour alimenter les restaurations de Dannemarie et de Chateaufarine en viande de l'exploitation.

Nous travaillons actuellement sur un projet d’approvisionnement des cantines scolaires sur le bassin de Besançon avec l’aide de nos partenaires comme le Conseil Régional de Bourgogne Franche Comté, et la CAGB.

 

En parallèle de cette démarche, notre restauration scolaire favorise l’approvisionnement des denrées alimentaires issues des circuits courts. Actuellement, 25 % de nos achats alimentaires sont réalisés via les circuits courts.

semainegout